Henri Ferrand et Emile Duchemin : deux photographes alpins d'autrefois

Photographie d'Henri Ferrand, photographe, en costume de randonneur alpin
Photographie d'Emile Duchemin, photographe, habillé d'un manteau de fourrure et d'une casquette de chauffeur automobile

Le premier est avocat, le deuxième est négociant en peaux et fournisseur de ganteries, mais tous deux partagent la même passion : la photographie.

 

Henri Ferrand [1853-1926] et Emile Duchemin [1862-1914] sont deux pionniers de la photographie du territoire dauphinois.

Henri Ferrand

Passionné par la photographie et la montagne, Henri Ferrand est un alpiniste érudit grenoblois.

 

Ecrivain, il publie de nombreux livres et articles sur le Dauphiné et les Alpes. Il est l'auteur de guides de voyage et de beaux livres illustrés de photographies, destinés à faire connaître les massifs alpins : Chartreuse, Vercors, Belledonne, Oisans, Mont-Blanc... Il participe activement à faire connaître sa région et contribue à l'essor du tourisme en Dauphiné.

Emile Duchemin

Passionné par la photographie, le cyclisme et l'automobile, Emile Duchemin est l'un des premiers à conduire une voiture sur les routes de Grenoble et du Dauphiné. Coiffé de sa casquette de chauffeur automobile, vêtu de son épais manteau de fourrure, il ne passe pas inaperçu au volant de son véhicule.

 

Il devient également expert de la lanterne magique, aussi appelée lanterne de projection. Il est l'indispensable projectionniste des conférences photographiques que prononce Henri Ferrand.

Des photographies sur plaques de verre

Henri Ferrand et Emile Duchemin utilisent le procédé de photographie sur plaque de verre, inventé par les frères Lumière, et commercialisé de 1890 à 1950.

 

La plaque de verre au gélatino-bromure d'argent est enduite d'une couche de gélatine mêlée de sels d'argent, sensibles à la lumière. Pour révéler l'image encore invisible après la prise de vue, les plaques sont plongées dans un bain révélateur, lavées, puis plongées dans un bain de fixage et lavées à nouveau, avant d'être séchées.

 

Henri Ferrand et Emile Duchemin réalisent également des clichés stéréoscopiques. La stéréoscopie est la photographie de deux images prises en simultané par un appareil avec deux objectifs, dont l'écartement correspond à celui des yeux. La photographie de l'objectif gauche correspond à ce que voit l'oeil gauche, la photographie de l'objectif droit correspond à ce que voit l'oeil droit. Avec une visionneuse stéréoscopique, l'image apparaît en 3D.

 

La plaque de verre est progressivement remplacée par la pellicule ou le film négatif.

La Société Dauphinoise des Amateurs Photographes

Henri Ferrand et Emile Duchemin sont membres fondateurs de la Société Dauphinoise d'Amateurs Photographes (SDAP), une association qui réunit jusqu'à 200 photographes amateurs.

 

La SDAP met à la disposition de ses membres des milliers de clichés, une bibliothèque, un atelier de pose, un laboratoire de développement et du matériel photographique. Elle organise toutes sortes d'évènements autour de la photographie : excursions photographiques, projections, expositions, concours...

 

A sa dissolution en 1940, les photographies sur plaques de verre sont données à la bibliothèque municipale de Grenoble. Leur numérisation permet aujourd'hui de redécouvrir les photographies de l'époque sur Pagella, site dédié au patrimoine grenoblois en ligne.

Visionnez les photographies :

Les photographies de Henri Ferrand

Les photographies d'Emile Duchemin

L'exposition virtuelle "Des montagnes et des hommes. Une aventure en images : la Société dauphinoise d'amateurs photographes"

 

A lire aussi

Nos mémoires vivent

 

Les photographies de cet article :
Portrait de Henri Ferrand, cliché Charles Lory, positif de projection, SDAP/Bibliothèque municipale de Grenoble, S.213
Portrait d’Emile Duchemin, cliché Emile Duchemin, négatif 13 x 18, SDAP/Bibliothèque municipale de Grenoble, S.680